Menu

Une page facebook pro ne se juge pas à son nombre de j'aime par post (ni son nombre de fans)

Rédigé le Lundi 26 Juin 2017 à 08:50 | Lu 642 fois | 0 commentaire(s)


Quand peu nombreux veut dire aussi grande qualité - photo www.catabas.fr
Quand peu nombreux veut dire aussi grande qualité - photo www.catabas.fr
Vous êtes un pro et vous souhaitez que facebook vous rapporte :
  1. trafic
  2. contacts
  3. clients

(c'est la différence entre un outil pro et amateur, le pro veut que sa communication par le biais des réseaux sociaux soit utile, efficace et rentable)

Afin de découvrir comment utiliser facebook comme un pro (pour son entreprise) vous espionnez la concurrence. (avouez le, on l'a tous fait)

Cette analyse intelligente de la situation vous permettra de gagner du temps et d'établir une stratégie solide.

En ne faisant pas la même erreur que d'autres et en détectant ce qui marche le mieux, vous allez profiter de l'expérience de concurrents plus précoce pour rattraper le temps perdu.

Faire le James Bond régional est une excellente tactique pour être performant.

Mais, un écueil guette : la mauvaise interprétation des chiffres.


En effet, une page facebook pro (et je dis bien professionnelle) :
  • ne se juge pas à son nombre de fans (mais à son nombre de fans actifs et ciblés)
  • ni à son nombre de j'aime par post (mais aux intéractions par post)
 
Si vous me faites confiance, vous pouvez arrêter là la lecture et commencer à regarder les pages facebook de vos concurrents sous un oeil plus critique et armé de ses deux connaissances.

SI vous voulez que je vous démontre ce que j’édicte, alors lisez ce qui suis, c'est un peu long mais c'est le chemin pour TOUT COMPRENDRE d'une bonne interprétation de l'efficacité d'une page facebook pro.
 

EXPLICATIONS ET DEMONSTRATION


Il y a 5 ans, je commettais un article sur l'inutilité d'utiliser facebook quand on est professionnel.

Plus exactement, j'expliquais que le temps passé à essayer de développer une page pro serait mieux utilisé à développer du contenu (déjà le content marketing)

Mais comme tout ce que je n'aime pas, je reviens les travailler régulièrement pour évaluer si ma ligne tient toujours.

C'est cette phase de test qui m'a poussé à créer une page facebook sur le Bassin d' Arcachon il y a 1 an et demi qui aujourd'hui possède plus de 10 000 abonnés.

Et cette page, aujourd'hui, m'est très utile professionnellement.
  • Elle est utile car elle me permet de "toucher" 10 000 personnes du bassin d' Arcachon, de la région bordelaise et de Paris.
  • Elle est utile car elle me permet de faire des tests facebook (recherche et développement)
  • Elle m'est utile car les chefs d'entreprise sont toujours impressionnés par une page facebook locale qui marche
 
Alors bien sûr, même si ma spécialité est la compréhension du fonctionnement du moteur de recherche Google, il est évident que ma page test ne traite pas ce sujet.

Sur facebook, pour le local business, mieux vaut ne pas être commercial ou égocentrique si on ne veut pas tout bonnement perdre son temps (et donc son argent)

J'ai fait ce qui marche le mieux sur facebook : de la production de photos. (j'en explique tous le processus intellectuel sur comment créer une page facebook pro qui cartonne)

En 2016, 1 par jour, puis j'ai lu le livre sur les réseaux sociaux de Guy Kawasaki et je suis donc passé à minimum 6 par jour (avec des pointes à 14)

Mes posts faisaient régulièrement plusieurs centaines de j'aime, certains développaient plus de 1600 j'aime et des centaines de milliers de portée, bref, tout allait bien dans le meilleur des mondes, mais hors de question de profiter de ma sérendipité trop longtemps.

Je ne peux pas m'en empêcher, quand quelque chose fonctionne bien, je fais comme Maurice, je pousse le bouchon plus loin ...

Et le référenceur créea www.bassin-arcachon.org

L'idée est simple.

Quand je publie des photos, j'ai des visites et des j'aime sur facebook.

Mais que se passe t'il si je publie ces photos sur un site web et que je partage le lien de la page sur facebook ?

La photo apparaît de la même façon sur facebook sauf que lorsque le visiteur clique sur la photo pour la voir en grand, il crée une visite vers la page du site.
 

Objectif : transformer des visites sur facebook par des visites sur un site web.


Et cela a réussi puisque à ce jour, bassin-arcachon.org vient de dépasser le 1/2 millions de visites en 5 mois !

Conséquence : moins de j'aime sur les posts facebook puisque mes internautes sont sur le site au moment où ils voient les photos.

Donc à visiter uniquement ma page facebook on se dit :
Mince, cette page avait des post à plusieurs centaines de j'aime par jour et elle est retombée à 50-100 j'aime par post

C'est une erreur de penser que c'est un échec, au contraire,
  1. j'utilise facebook pour générer du trafic ciblé en grand nombre
  2. je prépare leurs cerveaux à l'action de communication (j'améliore le "temps de cerveau humain disponible" comme dirait Le Lay de TF1)
  3. je redirige ce trafic et ces consommateurs acheteurs potentiels vers un site web où tout est possible en terme marketing
 
A noter, aujourd'hui, "ma tribu" est habituée a cliquez sur des photos et à être redirigée vers un site web. Ce site peut être le mien ou ceux de mes clients, le principal étant que la page réponde à l'intention de l'internaute.
 
Qu'un réseau social, trie un public et le redirige vers un site pour une action de communication n'est t'il pas le Graal de l'utilisation professionnelle de tels outils ?

CONSEIL DE LECTURE

Je conseille la lecture des ouvrages de Seth Godin particulièrement sur le concept de Permission marketing pour mieux comprendre ma construction page facebook / site web




Nouveau commentaire :


Sébastien Sabattini
Sébastien Sabattini
- Chargé de communication digitale pour FGSF Investissements
- Référenceur professionnel depuis 2007
- Création de site pro depuis 2004
- doublement certifié Google Digital

"Le secret de mes meilleurs sites pro ? Une bonne création de site optimisée Google, un référencement SEO sûr, un travail de webmarketing principalement basé sur le content marketing et un fort relais sur les réseaux sociaux".


   
     
Facebook
Twitter
LinkedIn
Google+