Le blog du Bassin d’Arcachon 🦉

Pourquoi le bassin d’Arcachon a diminué de 17% sa capacité d’accueil de bateaux (chiffres officiels) ?

Étude comparative des informations sur la fréquentation nautique du Bassin d'Arcachon

Rédigé le Mardi 2 Avril 2024 à 06:54 Mis à jour le Mercredi 3 Avril 2024


Le 28 mars 2024, la commission "fréquentation nautique" du Parc naturel marin du Bassin d'Arcachon a dévoilé les premiers chiffres "fiables" concernant le nombre de bateaux présents sur le Bassin. Cette étude, réalisée grâce à des images satellites et aériennes, permet d'avoir une vision plus précise de la fréquentation nautique sur le Bassin.


Places au port diminué sur le bassin d’Arcachon
Places au port diminué sur le bassin d’Arcachon
Capacité d'accueil
  • En 2010, la capacité d'accueil officielle était de 13 268 places, dont 6 704 dans les ports et 6 720 aux corps-morts.
  • En 2023, la capacité d'accueil a baissé à 11 024 places, dont 5 944 dans les ports et 5 080 aux corps-morts.
  • La ville d'Arcachon dispose de la plus grande capacité d'accueil avec 3 270 places (30% du total).
  • Lège-Cap-Ferret possède le plus grand nombre de corps-morts (2 800), mais ce chiffre est dépassé par la présence de nombreux corps-morts sauvages et illégaux.
 
Fréquentation
  • Les données de fréquentation présentées couvrent une période allant du 18 février au 18 novembre 2023.
  • La fréquentation est saisonnière, avec un pic en été (jusqu'à 12 247 bateaux le 14 juillet) et un creux en hiver (4 033 bateaux le 18 février).
  • Le 13 juillet 2023, 12 066 bateaux ont été recensés sur le Bassin, dont 2 500 mobiles, 1 354 à l'ancre ou à la dérive, 3 999 aux corps-morts, 215 échoués, 953 en transit et 5 545 à quai.
 
Perspectives
  • L'objectif de cette étude est d'avoir des données fiables sur la fréquentation nautique afin de mieux gérer le Bassin et de prendre des décisions éclairées.
  • Un modèle de modélisation appelé MacUMBA est en cours de développement pour affiner les estimations de la fréquentation et prendre en compte d'autres facteurs tels que la météo, la saisonnalité et les marées.
  • Des comparaisons avec d'autres sites nautiques, comme le golfe du Morbihan, pourraient être réalisées à l'avenir.
 
Points clés
  • Cette étude fournit les premiers chiffres "fiables" sur la fréquentation nautique du Bassin d'Arcachon.
  • La capacité d'accueil officielle a baissé ces dernières années.
  • La fréquentation est saisonnière, avec un pic en été.
  • L'objectif est d'utiliser ces données pour mieux gérer le Bassin et prendre des décisions éclairées.
 
 

Cette première partie d’article a été écrit sur la base du travail de David Patsouris du journal Sud Ouest, article «  Tourisme : le Parc naturel marin dévoile les vrais chiffres de la fréquentation nautique sur le bassin d’Arcachon »

Interpréter la baisse de capacité d'accueil du Bassin d'Arcachon

Ce qui m’intéresse dans ces chiffres est de savoir comment interpréter ces données.

La baisse de 17% de la capacité d'accueil des bateaux sur le Bassin d'Arcachon, entre 2010 et 2023, peut être interprétée de différentes manières :

1. Une volonté de préserver l'environnement marin :

La réduction du nombre de places disponibles pour les bateaux pourrait être une mesure visant à limiter l'impact de la navigation sur l'environnement fragile du Bassin. Cela pourrait contribuer à protéger la faune et la flore marines, ainsi que la qualité de l'eau.

 

2. Une meilleure gestion des ressources :

En limitant le nombre de bateaux présents simultanément, les autorités locales pourraient mieux gérer les ressources disponibles, telles que les places de port et les mouillages. Cela pourrait également contribuer à fluidifier le trafic maritime et à réduire les risques d'accidents.

 

3. Une réponse à l'évolution des pratiques nautiques :

La baisse de capacité d'accueil pourrait refléter une évolution des pratiques nautiques, avec une tendance vers des bateaux plus grands ou plus motorisés, nécessitant plus d'espace. Cela pourrait inciter les plaisanciers à privilégier d'autres destinations ou à adopter des pratiques plus respectueuses de l'environnement.

Un besoin d'une analyse plus approfondie :

Des impacts économiques potentiels 

La réduction de la capacité d'accueil pourrait avoir des conséquences économiques négatives pour certains acteurs locaux, tels que les loueurs de bateaux, les ports et les commerces nautiques.

Il est important de noter que la baisse de capacité d'accueil n'est qu'un seul élément de l'évolution du Bassin d'Arcachon.

Pour interpréter pleinement cette situation, il est nécessaire de prendre en compte d'autres facteurs, tels que :
  1. l'évolution de la fréquentation nautique
  2. les besoins des plaisanciers
  3. les enjeux environnementaux.

Et vous, comment interpretez-vous ces chiffres ? ⤵️

   
 
 
 
 

Sébastien Sabattini
Démarquez-vous en ligne en créant du contenu attractif et convaincant qui ATTIRE L’ATTENTION de... En savoir plus sur cet auteur
➡️ Vous êtes 🔥 1487 à avoir lu cet article ! Merci 🙏 NOTEZ-LE, PARTAGEZ LE ou COMMENTEZ-LE pour laisser votre trace ⤵️

Notez


1.Posté par Claude MULCEY le 02/04/2024 19:31
l'arrêté inter-préfectoral du 3 juin 1985 autorise 4520 corps-morts, confirmé par le SMVM d'août 2004. En 2004 la gestion des corps-morts est passé des Affaires Maritimes aux villes ou au Département (SMPBA en 2017) : il y a encore trop de corps-morts, pourtant accordés par la DTTM33 en AOT à Lège Cap Ferret. Le chiffre devrait diminuer en 2025 pour atteindre les 4520 au total sur le Bassin dans les 39 zones autorisées par le SMVM. Le chiffre de 12 247 bateaux au 14 juillet 2023 laisserait faire croire qu'ils naviguent! Le 13 juillet 2023 2 500 mobiles : 1 354 à l'ancre ou à la dérive, 215 échoués, 953 en transit; seuls comptent ceux qui naviguent , ou qui se sont ancrés ailleurs que dans ports et ZMEL (Zone de Mouillage et d'Equipements Légers) : les chiffres doivent encore affinés, afin de séparer es bateaux de pêche professionnels, et de ceux des ostréiculteurs, et des plaisanciers (à voile et au moteur), et des" NUC" bateaux à utilisation collective (professionnels)

2.Posté par confoulan Joël le 02/04/2024 20:00
Quel est l'objectif de cette étude ? C'est d'avoir des données fiables sur la fréquentation nautique AFIN DE MIEUX GERER LE BASSIN ... et de prendre des décisions éclairées. Mais quelles décisions?? De nouveaux interdits ?? Pas besoin de suivre des études universitaires pour constater que tous les bateaux des ports du Bassin, sauf Arcachon et La Vigne ne peuvent pas sortir pendant les 15 jours des marées basses du matin! Que si la météo est mauvaise un pont du 15 août, il n'y aura personne pour trinquer le rosé à midi. Que les visiteurs du Bassin sont de plus en plus nombreux par les bateaux promenades UBA et NUC. Etc. Ce que demandaient les plaisanciers, c'était des chiffres de fréquentation du Banc d'Arguin objectifs et crédibles et non pas présentés par la SEPANSO comme des épouvantails à fréquentation. Seulement, l'étude du PNM BA ne se consacre pas au Banc d'Arguin car le gestionnaire s'en charge... Or, il s'agit d'une association politiquement engagée et donc partiale. Donc beaucoup de dépenses engagées sur nos impôts pour peu d'intérêt si ce n'est la prétention de vouloir prédire l'avenir ... déjà connu ! Et ce, très probablement pour imposer des quotas. Seulement, à force de réduire les espaces accessibles pour cause de mesures règlementaires ou d'envasement inexorable, forcément, les usagers se concentrent dans les zones résiduelles surpeuplées...

3.Posté par Claude MULCEY le 03/04/2024 15:57
le nom du journaliste de SudOuest est David PATSOURIS
(et non Patsoury)

Nouveau commentaire :

Pour tout comprendre | Vidéos | Sorties | Culture | Le saviez-vous | Questions sur le Bassin d'Arcachon | Points de vue | People | Conseils | Villes et villages | Événements sur le bassin d’Arcachon | Gastronomie | Entreprises